Skip to Main Content

Advisory Council on the Status of Women

print small medium large 

HOME / NEWSROOM / 2019 NEWS /


2019-03-07: International Women's Day 2019 - #BalanceforBetter / Journée internationale des femmes 2019 - #BalanceforBetter

International Women’s Day 2019 – #BalanceforBetter

iwd banner image

We come together again this year to celebrate International Women’s Day with the theme of “Better the Balance, Better the World.” This is a call-to-action for a gender-balanced world. Women in many countries have come a long way, yet there is still a lot of work to be done in Canada and around the world.

Gender imbalance is not just a challenge for women, it’s a business and economic issue. The PEI Coalition for Women in Government reports, “National and international research on corporate boards confirms it: increased gender balance and diversity on boards results in better financial performance.” The Coalition summarizes studies that clearly show, “When a board achieves gender parity, women and men tend to work more collaboratively, generate more creative ideas, draw from multiple perspectives, and devise robust solutions to problems.” We need gender balance in our boardrooms, our governments, in media, in sports, and many other sectors. Gender balance is essential for communities and economies to grow.

Economic effects are also personal. Earnings and income levels affect equality, and women’s incomes remain unfairly out of balance. The Canadian Women’s Foundation tells us that as of 2016, more than 1.9 million women lived on a low income. Shockingly, a third of women in the workforce make less than $15 per hour. Women are more likely than men to experience poverty. A 2018 study by Angus Reid indicated that 16% of Canadians could be categorized as “struggling” economically. This means that they face ongoing difficulty covering expenses for basics including food, utilities, winter clothing, housing, and dental care, and may have to use services including “pay day loans” and food banks to get by. Of Canadians in the “struggling” category, 60% are women. And women who are Indigenous, disabled, racialized, new immigrants, and gender and sexuality minorities are additionally disadvantaged.

Another area in need of balance is caregiving. Women still carry most of the load of caregiving to children, seniors, and people with disabilities, and a lot of the work is unpaid. A more gender-balanced world would better support caregivers, to help women with the burden of care for families and communities, and also support men to take a larger role.

In order to reach gender balance, we must learn to work together to bring about the changes that are needed, not only on a world-based platform but right here in our own little province. That means keeping gender on the radar, challenging stereotypes, and recognizing that gender identities and roles can be fluid. It also means equality for all women in all places. We are responsible to achieve the highest level of equality we can in our province and our country, and to contribute to the empowerment of all women worldwide.

A more gender-balanced future is possible. Together we can build a gender-balanced world. As we enter an exciting period of history where everyone expects equal access and participation, we notice its absence and celebrate its presence. Today, on International Women’s Day, let us celebrate our successes as women, and let us also use our power to raise the voices of those around us to become aware of the importance of a gender-balanced world for everyone. And work for better.

Yvonne Deagle is the Chairperson of the PEI Advisory Council on the Status of Women.  

2

 _______________________________________

Journée internationale des femmes 2019 – #BalanceforBetter

iwd banner image

Comme tous les ans, nous nous rassemblons pour célébrer la Journée internationale des femmes, cette fois sous le thème Better the Balance, Better the World / Juste équilibre, juste monde. C’est un appel à l’action pour créer un monde où il y a un juste équilibre entre les sexes. Les femmes ont fait d’énormes progrès dans de nombreux pays, mais il reste encore beaucoup à faire au Canada et dans le reste du monde.

Non seulement un défi pour les femmes, le déséquilibre des sexes est un problème économique et commercial. Comme le rapporte la PEI Coalition for Women in Government, « Les recherches nationales et internationales sur les conseils d’administration le confirment : l’accroissement de la diversité et de l’équilibre entre les sexes au sein des conseils d’administration donne lieu à un meilleur rendement financier. » Selon la Coalition, ces études démontrent clairement que « lorsqu’un conseil réalise la parité des sexes, les femmes et les hommes ont tendance à mieux travailler ensemble, à générer des idées plus créatives, à tenir compte de multiples perspectives et à trouver des solutions robustes aux problèmes. » Si nous voulons faire croître l’économie et nos communautés, nous devons atteindre l’équilibre entre les sexes dans nos salles de réunions, nos gouvernements, les médias, les sports et de nombreux autres secteurs.

Les répercussions économiques se font également sentir sur le plan personnel. L’égalité dépend aussi des revenus, et ceux des femmes restent injustement déséquilibrés. Selon la Fondation canadienne des femmes, plus de 1,9 million de femmes vivaient d’un faible revenu en 2016. Plus frappant encore : un tiers des femmes au travail gagnent moins de 15 $ l’heure. Les femmes sont plus susceptibles de vivre dans la pauvreté que les hommes. En 2018, une étude menée par Angus Reid révélait que 16 % de la population canadienne était aux prises avec des difficultés économiques. Ces gens ont des difficultés continues à couvrir les dépenses engendrées par les besoins de base, comme la nourriture, les services publics, les vêtements d’hiver, le logement et les soins dentaires. Ils doivent parfois faire appel aux banques alimentaires ou à des services de prêt sur salaire. Selon l’étude, les femmes composent 60 % de cette catégorie. Soulignons aussi le fait que les femmes autochtones, handicapées, immigrantes ou faisant partie d’une minorité de race, de genre ou de sexualité sont encore plus démunies.

L’équilibre doit aussi être établi dans la prestation de soins. Les femmes font toujours le gros du boulot pour prendre soin des enfants, des aînés et des personnes handicapées, tâche qui est souvent non rémunérée. Un monde équilibré saurait mieux appuyer les personnes soignantes, alléger le poids familial et communautaire qui pèse sur les femmes et aider les hommes à jouer un rôle plus important dans ce domaine.

Afin de parvenir à l’équilibre entre les sexes, nous devons d’abord apprendre à travailler ensemble pour mettre en œuvre les changements qui s’imposent, non seulement à l’échelle du monde mais aussi ici, dans notre petite province. Pour ce faire, les sexes doivent rester d’actualité; il faut renverser les stéréotypes et reconnaître que les identités et les rôles liés au genre ne sont pas figés. Par « équilibre », on entend l’égalité de toutes les femmes dans toutes les régions. Nous avons la responsabilité de viser le plus haut niveau d’égalité qui soit, dans notre province et dans notre pays, et de contribuer à l’émancipation des femmes dans le monde entier.

Ensemble, il est tout à fait possible de fonder un avenir sur l’équilibre entre hommes et femmes. Nous avançons dans une période passionnante de l’histoire où nous privilégions tous et toutes l’égalité d’accès et de participation. Tâchons de remarquer son absence et de célébrer sa présence. Aujourd’hui, en cette Journée internationale des femmes, célébrons les succès des femmes et utilisons notre pouvoir pour faire valoir les voix de celles qui nous entourent pour sensibiliser le monde à l’importance de l’équilibre entre les sexes. Travaillons envers un juste équilibre et envers un juste monde.

Yvonne Deagle est la présidente du Conseil consultatif sur la situation de la femme de l’Î.-P.-É.

2

back to top