Saut au contenu principal

Premiers Gallery

print small medium large 

PAGE D'ACCUEIL / IMAGES ET VIDÉO / GALERIE DES PREMIERS MINISTRES /


John Alexander Mathieson
Premier ministre de 1911 à 1917



Cliquer pour agrandir

JOHN ALEXANDER MATHIESON EST NÉ le 19 mai 1863 à Harrington, dans le comté de Queens. Il a fait ses études dans les écoles locales, puis a travaillé pendant deux ans comme commis. Il a ensuite fréquenté le Collège Prince of Wales à Charlottetown et, à la fin de ses études, s'est lancé dans l'enseignement. Il a enseigné dans les écoles de l'Île et du Manitoba pendant six années en tout. Après avoir étudié le droit à Charlottetown, il a été admis au barreau de l'Île-du-Prince-Édouard en 1894.
MMathieson s'est établi avocat à Georgetown, ce qui l'a mené à s'engager dans vie politique de la communauté et de la province. En 1900, il a été élu à la législature provinciale sous la bannière conservatrice et, trois ans plus tard seulement, il a été nommé chef du Parti conservateur et de l'opposition. Lors des élections de 1904, il a brigué avec succès le siège de Georgetown à la Chambre. Il a continué de représenter cette région jusqu'en 1917. Dans sa plateforme de 1908, il a défini en détail les réclamations de l'Île contre le gouvernement fédéral. En 1911, le gouvernement du premier ministre H.J. Palmer a été défait, et Mathieson est prié de former le gouvernement, devenant le douzième premier ministre de l'Île-du-Prince-Édouard depuis l'entrée de la province dans la Confédération. Il a servi en tant que premier ministre jusqu'à ce qu'il démissionne en 1917.
Durant son mandat de premier ministre, une grande pression a été exercée sur le gouvernement fédéral au nom de la province pour qu'Ottawa tienne ses promesses de 1873. Les ententes menant à la Confédération prévoyaient l'augmentation des subsides et l'efficience accrue des communications et des transports ainsi que de la représentation. Après de nombreuses négociations avec Ottawa, la question des subsides a été réglée à titre temporaire en 1912. Le premier ministre Mathieson a continué de mettre de la pression sur le gouvernement fédéral pour que soit établi un service de traversier en vue de mettre fin à l'isolement hivernal et que soit amélioré le système de chemin de fer, à l'Île-du-Prince-Édouard. En 1915, les plans du système actuel de traversier brise-glace ont été annoncés et le premier de ces traversiers, le SS Prince Edward Island, est entré en fonction en 1917, faisant la navette entre Borden, à l'Île-du-Prince-Édouard, et Cape Tormentine, au Nouveau-Brunswick.
La représentation constituait également une question de la plus haute importance. En vertu de l'Acte de l'Amérique du Nord britannique, le nombre de députés de l'Île-du-Prince-Édouard à Ottawa est passé de six, qu'il était en 1873, à quatre. En outre, selon le recensement de 1911, le nombre de députés de l'Île à la Chambre des communes aurait pu encore être réduit. Le premier ministre Mathieson s'est battu contre un tel changement et il a joué un rôle-clé dans la modification de l'Acte de l'Amérique du Nord britannique prévoyant que l'Île compte au moins quatre députés fédéraux, le même nombre que nous avons maintenant.
En 1917, le premier ministre Mathieson a démissionné et a été nommé juge en chef de l'Île-du-Prince-Édouard, poste qu'il a occupé jusqu'à ce qu'il se retire en mars 1943.
En tant que membre de la commission White en 1931, il a défendu, dans une opinion dissidente, de nombreuses réclamations des provinces Maritimes qui, selon lui, n'avaient pas été satisfaites.
À la suite de son décès, le 7 janvier 1947, un journal local de l'Île, dans une description de son mandat, a qualifié Mathieson de « bâtisseur de l'Île-du-Prince-Édouard moderne ».
L'ancien premier ministre est enterré au Sherwood Cemetery à Charlottetown.

French - back to top