Saut au contenu principal
print small medium large 

PAGE D'ACCUEIL / WATER ACT CONSULTATIONS: STEP 1 /


Rétroactions de la population

Les avis formulés au sujet du projet de loi constituent des renseignements personnels et sont recueillis conformément à l’alinéa 31c) de la Freedom of Information & Protection of Privacy (FOIPP) Act (loi sur l’accès à l’information et la protection de la vie privée) de l’Île-du-Prince-Édouard dans le but de faire participer le public à la rédaction du libellé. Le Ministère affichera les avis et points de vue reçus sur son site Web et dans des documents publics. Les noms des personnes qui ont formulé ces avis et points de vue ne seront pas divulgués. N’hésitez pas à soumettre vos commentaires en ligne.

Extraits de commentaires reçus


------------------------------------------------------


Selon vous, quelles sont les menaces pour les ressources en eau de l’Île-du-Prince-Édouard?

------------------------------------------------------

« [Il] faut protéger toutes nos ressources d’eau potable contre tous les contaminants qui s’infiltrent lentement dans notre approvisionnement.»

« Les groupes qui veulent avoir des puits d’eau profonds pour la culture de la pomme de terre...»

« Les entreprises qui veulent faire de la fracturation pour extraire du gaz naturel... »

« Les gens qui lavent leurs voitures, leurs camions ou leurs véhicules récréatifs...»

« Les pesticides qui continuent d’entraîner une mortalité massive de poissons... »

« La menace vient des grandes entreprises auxquelles on donne le droit d’utiliser plus d’eau [pour] leur production... Les [grandes] villes qui tiennent l’eau pour acquise et pensent qu’elles peuvent vider nos bassins hydrographiques... C’est la population qui en paie le prix puisque sa consommation [est] surveillée, tandis que l’industrie et les autres grands utilisateurs bénéficient d’une exception parce qu’ils ont besoin [d’eau] pour maintenir leurs activités. »

« Les pesticides [et] les engrais...»

« Lorsque nous qualifions l’eau de « ressource », nous sous-entendons qu’il s’agit de quelque chose que le gouvernement peut utiliser pour augmenter [sa] richesse, créant dès lors une menace au niveau politique. L’eau est quelque chose qui doit être protégé et préservé pour les générations à venir, et non exploité dans un but lucratif. »
« Deux menaces pour notre eau sont déjà à nos portes, soit la production industrielle de pommes de terre et la fracturation. Notre industrie de la pomme de terre essaie de concurrencer les exploitations installées dans des climats plus chauds où il pleut davantage, en partie parce qu’elle s’entête à produire une pomme de terre qui n’est pas tout à fait bien adaptée à notre environnement. »

« La fracturation, si elle est autorisée pour autre chose que ce qui se fait déjà (c.-à-d. l’exploration), utilisera notre eau pour transporter des déchets chimiques parmi les plus épouvantables que vous ayez jamais vus… »

« Je crois que la plus grande menace pour notre eau est l’agriculture industrielle, qui utilise des zones tampons insuffisantes pour empêcher les écoulements et fait l’objet de mesures d’exécution minimes pour les faire respecter. Il y a aussi peu d’aide pour les agriculteurs qui souhaitent adopter des pratiques différentes des méthodes conventionnelles, qui nécessiteraient moins d’eau pour l’arrosage. »
[Les menaces pour nos ressources en eau comprennent] « la contamination chimique (c.-à-d. par les nitrates, la contamination provenant des puits inutilisés, les écoulements contaminés provenant des champs agricoles, les eaux usées entrant en contact avec l’eau de surface, la contamination par le sel de voirie). »

« Les puits de grande capacité et/ou profonds [qui entraînent une surutilisation des ressources en eau]. »

« Les changements climatiques. »
 

------------------------------------------------------

Devrait-il y avoir un contrôle obligatoire des volumes d’eau utilisés par tous les réseaux d’aqueduc (municipaux, commerciaux et industriels)?  
------------------------------------------------------

« Je crois que tout le monde devrait payer des droits d’utilisation afin de ne pas épuiser cette ressource... il y a des gens qui ne savent pas s’arrêter et qui gaspillent d’énormes quantités d’eau... »

« Oui... » (Une réponse)
 
« Oui bien sûr! En plus, le public devrait savoir quelle industrie ou quel groupe utilise l’eau, à quel moment et dans quelle mesure. C’est ça la transparence, et on en a grandement besoin à l’Î.-P.-É. […] »

« Oui. [La consommation d’eau devrait être surveillée] et ces données pourraient être utilisées de concert avec des indicateurs d’indisponibilité de l’eau pour déceler les problèmes auxquels la province devrait s’attaquer. »

------------------------------------------------------

Faut-il faire payer les grands utilisateurs d’eau? 

------------------------------------------------------

« Oui... » (Deux réponses)

« Oui, ils devraient payer. [Notre] eau ici à l’Î.-P.-É. est la chose la plus précieuse que nous ayons... »

« Donnez des amendes aux personnes qui utilisent nos voies navigables de façon abusive et faites-les payer... »

« SVP, assurez-vous d’adopter une meilleure réglementation pour protéger notre eau. »

« Ils devraient être tenus de verser les sommes dans un fonds consacré à l’élaboration de meilleurs plans pour l’eau, de façons de protéger les ressources en eau, de manières de capter l’eau et de la retourner dans le réseau, au lieu de la rejeter dans la [mer]... »

« Il ne faut pas que ce soit seulement une ponction fiscale. L’argent doit servir à développer de meilleurs systèmes d’approvisionnement en eau. L’Î.-P.-É. doit trouver une nouvelle façon de traiter l’eau… »

« Oui... »

« Un barème de tarification devrait être utilisé afin de promouvoir la conservation de l’eau, en fonction des données recueillies par des compteurs d’eau. »

« Les utilisateurs industriels devraient tous être contrôlés en temps réel. »

------------------------------------------------------

Comment le gouvernement peut-il réduire les formalités administratives, tout en continuant à protéger nos ressources en eau et l’environnement?
------------------------------------------------------

« [Nous] devons mieux permettre aux personnes responsables de bien faire leur travail et les obliger à rendre compte de leurs actions ou de leur inaction... trop de chefs gâtent la sauce... »

« Les formalités administratives devraient être éliminées s’il s’agit de réagir plus rapidement en vue de protéger les ressources en eau. Elles devraient être intensifiées si les parties souhaitent supprimer des mesures instaurées pour protéger notre eau. »

« Le problème découle en partie du fait qu’on veut faire payer tout le monde pour accéder à l’eau afin d’éliminer les formalités administratives. Faites [payer] les grandes entreprises pour certaines formalités administratives. »

« Cessez d’abord de qualifier l’eau de ressource, et les formalités administratives associées à l’utilisation de l’eau en tant que marchandise seront allégées. »

« On ne devrait pas. »
 
« Nous [devrions] éviter de faire trop peu, trop tard, parce qu’il nous sera impossible de savoir s’il y a un problème important avant d’en voir et/ou d’en percevoir les impacts. »

« Les collectivités (municipalités) devraient avoir leur mot à dire en ce qui concerne les permis d’aménagement relatifs à l’utilisation de l’eau souterraine ou pouvoir obliger les utilisateurs d’eau potentiels à obtenir leur autorisation de la municipalité. »

« L’aménagement des nouveaux champs de captage devrait être surveillé par les communautés, de concert avec les groupes de protection des bassins hydrographiques. »

« Instaurer une section de gestion de l’eau souterraine pour la province, qui relèverait d’un seul ministère au lieu de plusieurs. »

« Simplifier la réglementation, peu importe les restrictions de zone. »

------------------------------------------------------

Outre la réglementation, y a-t-il d’autres approches ou solutions qui permettraient d’assurer une meilleure gestion des ressources en eau? 
------------------------------------------------------

« L’utilisateur paie s’il y a lieu... »

« Oui, je crois qu’il faudrait d’abord regarder du côté des hôpitaux, de l’industrie et des entreprises commerciales. »

« Je ne crois pas que la population devrait être tenue de surveiller sa consommation d’eau tant que la question des grandes entreprises ne sera pas réglée. »

« [Assurer] une planification, surtout pour Charlottetown et Stratford, afin de garantir un approvisionnement en eau suffisant pour répondre aux besoins de la population. »

« Il faut instaurer d’importantes mesures pour encourager les agriculteurs à adopter d’autres méthodes fondées sur la régénération du sol. Le substrat utilisé actuellement pour la culture est essentiellement « mort » et ne retient pas l’eau. Le [sol] s’érode et s’évacue dans nos voies navigables beaucoup trop facilement et la mince couche de terre arable est emportée durant l’hiver. Prendre soin de l’eau implique de prendre soin de la terre. Les deux vont de pair et ne doivent pas être abordées séparément. À terre saine, eau saine. »
 
« Encourager l’utilisation de meilleures pratiques de gestion au moyen de programmes intéressants. Les utilisateurs doivent être tenus responsables des pratiques qui ne favorisent pas la conservation. »

« L’industrie devrait payer des frais pour sa consommation d’eau en fonction de ses antécédents en la matière et des événements de contamination survenus dans le passé. »

« Les grands utilisateurs devraient obligatoirement faire l’objet d’une surveillance. »

------------------------------------------------------

La province devrait-elle gérer les ressources en eau à l’échelle de chaque bassin hydrographique?

------------------------------------------------------

« [Nous] avons besoin d’une réglementation forte qui tient compte des différents secteurs et de leur caractère unique... d’une [loi] cohérente que tous les utilisateurs pourront mettre en œuvre... or, comme dans toute tentative d’apporter du changement, il ne sera pas possible de plaire à tous, mais je crois qu’on peut être juste envers tout le monde... »

« Oui, je crois que c’est ce qui doit être fait en premier... [Chaque] endroit devrait être étudié afin de déterminer qui sont les plus grands utilisateurs d’eau, d’imposer un plafond et de les faire payer... »

« Cette province n’est pas assez grande pour que notre gouvernement n’adopte pas une vision à l’échelle de son territoire. Nous devons encourager le dialogue entre tous les groupes, mettre à contribution les personnes qui comprennent les systèmes d’approvisionnement en eau, dont quelques-uns se sont déjà exprimés au sujet de la protection de notre eau... Faites appel à ces gens! »

« Chaque bassin hydrographique est unique. Chaque cas est donc différent. Alors, les plans pour l’eau doivent être faits sur mesure par la province, selon chaque situation, en consultation avec la communauté et le groupe local de protection du bassin hydrographique. »

« La gestion des ressources en eau ne devrait pas reposer sur une approche générique. Les bassins hydrographiques devraient être gérés sur une base individuelle. Les bassins hydrographiques dont l’aménagement du territoire et la densité de la population sont semblables pourraient être gérés en fonction de plans de gestion et de pratiques semblables. Il faut cependant imposer une certaine reddition de comptes. »

« Il faut d’abord recueillir des données et assurer une surveillance en ce qui concerne les bassins hydrographiques plus à risque, qui sont utilisés pour l’approvisionnement en eau dans notre province. »

------------------------------------------------------

Certains commentaires ont été retouchés pour des raisons de clarté ou de contexte.

French - back to top